randonnées à thème dans le parc du haut Languedoc :

en avril, septembre, octobre

   - patrimoine bâti : capitelles de Courniou, fours verriers                                                                - plantes tinctoriales dans la montagne noire, le caroux

   - plantes médicinales : identification à berniquaut

 randonnées à thème dans le parc du Mercantour et vallée de la Roya :

 en mai , juin, juillet, aout

   - gravures vallée des merveilles

   - plantes médicinales : identification                                                                                                - plantes tinctoriales de la vallée de la roya

   - patrimoine bâti : casouns, murs d'abeilles, troglodytes,....

 

 

 

témoignages :

La nature et le mystère des plantes !

C’est au départ du parking de l’Hermitage que l’exploration commence sous la conduite de René BOUYAL, accompagnateur de montagne. La petite route allant vers Peyrezabal se transforme bientôt en chemin.

La nature se réveille lentement dans un printemps pluvieux et froid. La pousse des plantes est généreuse et l’accompagnateur nous prodigue des explications quant à leur utilisation à des fins médicinales ou nutritives.

Nous apprenons que de nombreuses plantes sont comestibles ou contiennent des substances utilisables en médication par une préparation adaptée : crues ou cuites, en tisane ou décoction, jeunes ou à maturité, de la racine, du bulbe, de la tige, de la feuille, de la fleur,  Nous apprenons que de nombreuses plantes sont comestibles ou contiennent des substances utilisables en médication par une préparation adaptée : crues ou cuites, en tisane ou décoction, jeunes ou à maturité, de la racine, du bulbe, de la tige, de la feuille, de la fleur,du fruit.

Certaines peuvent se consommer  en salade : Le pissenlit, la pâquerette jeune et tendre, l’alliaire, le « respounchou » (partie terminale de la liane),  l’asperge sauvage, la bourse à pasteur, les orties, le rumex au goût d’oseille, la bardane, la grande et petite pimprenelle au goût de concombre, le conopode au bulbe au goût de noisette,  et d’autres encore.

Les fruits d’autres plantes  sont consommables à maturité, nature ou en confiture comme la mûre fruit de la ronce, la framboise, la noisette du noisetier ou coudrier, les faînes du hêtre, les grappes du sureau.

Certaines plantes ont des vertus thérapeutiques : l’alliaire, l’herbe à robert velue (cicatrisante), l’achillée mille feuilles  (cicatrisante – stimulante en tisane), la bardane (antinfectieux), la ronce (gargarismes), l’euphorbe (son blanc latex soigne les verrues), l’aubépine (fleurs en tisane aux vertus calmantes).

D’autres sont carrément toxiques : la bryone (liane à fruits rouge), le laurier daphné à fleurs blanches, l’ancolie, l’euphorbe (usage externe sinon toxique),

 La liste n’est pas exhaustive et le principe de précaution est indispensable pour utiliser ces plantes si on ne maitrise pas parfaitement le sujet. Au retour au parking de l’Hermitage nous avons consulté des encyclopédies pour y retrouver nos découvertes et déguster des boissons et produits naturels offerts par René Bouyal pour conclure cette très instructive sortie-nature.

Roger Cros (sortie partenariat Snam - Alptis)

Des poulpes dans les arbres ?

Dix  adhérents se sont donnés rendez-vous à NEBIAS (11), plateau calcaire aux premiers contreforts des Pyrénées. Guidés par Mr Bouyal, accompagnateur du SNAM, ce petit groupe a découvert une quarantaine de variétés de plantes aux diverses vertus. Le circuit emprunté a laissé le temps à chacun de photographier les plantes, de noter les explications d’un guide passionné et intarissable. Le site offrait d’autres curiosités comme des chênes aux multiples troncs, dits « chênes poulpes » ou « chênes harpe ». Les participants ravis ont appris les qualités nutritionnelles ou médicinales de différentes espèces : variétés de fougères (comestibles ou toxiques), le millepertuis pour traiter la dépression ou les coups de soleil, la fleur de sureau contre l’eczéma à ne pas confondre avec le sureau yèble (toxique), la laitue des murailles, le plantain comestible, le lierre amincissant , etc.  

Un pique-nique à l’ombre a permis de faire une pause avant de terminer la boucle du parcours. Cette journée instructive et conviviale s’est achevée par une dégustation de préparations à base de plantes sauvages réalisées par l’accompagnateur du SNAM. Les échanges ont pu continuer en feuilletant quelques guides sur les plantes. Un autre rendez-vous est d’ores et déjà pris pour le mois de septembre !                 

Alain Bonhomme